Pagina:Rivista italiana di numismatica 1894.djvu/241


UNE MONNAIE DE MONACO


DU MUSÉE DE MARSEILLE1


Rivista italiana di numismatica 1894 (page 241 crop).jpg


Avant 1634 les monnaies de Monaco sont des plus rares. M. Girolamo Rossi, qui les a recherchées avant nous, ne cite que l’écu-soleil de Lucien, dont l’unique exemplaire connu, provenant de la collection Jean Rousseau, doit se trouver aujourd’hui entre les mains d’un amateur de Rome. D’après les faits rapportés dans les Documents historiques publiés par M. Saige, il est a croire que cette monnaie a dû être frappé vers 1512, soit a Gènes soit a Monaco, a l’aide d’un coin royai de Lois XII (pour le revers), en vue d’acquitter la somme de 500 ecus d’or sti-

  1. Le même sujet avait déjà été traité par l’auteur, en 1885, dans la Revue belge de Numismatique, sous le titre: Pièce inédite d’Honoré II, prince de Monaco. C’est dans le but d’en mieux dégager l’intérêt au point de vue de la numismatique italienne qu’il a bien voulu compléter son premier travail pour le mettre sous les yeux des lecteurs de la Rivista.