Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1923, XXII.djvu/337


L'AVARE FASTUEUX 329

Chateaudor. (Après avoir lu, à part) Peste soit du marquis! après un repas de vingt personnes, irai-je encore lui apprêter un souper?

Dorimène. Mon frère, qu’avez-vous? vous me paroissez agité?

Chateaudor. (En se contreignant) Point du tout1: c’est avec le plus grand plaisir que je reçois une annonce très-agréable pour moi. Le marquis de Court-bois me demande à souper pour aujourdhui.

Léonor. (A part) Oh ciel!

Araminte. Le marquis de Court-bois je le connois. Son chàteau est à une lieue 2de ma maison de campagne.

Chateaudor. Vous le verrez ici ce soir avec mademoiselle sa fille, et le vicomte son fils.

Léonor. (A part avec agitation) Le vicomte!

Chateaudor. Ils arriveront à tems, j’espère, pour assister à la signature de notre contrat.

Léonor. (A part) Ah quel moment! quel moment pour moi. Ciel! je sens que mon coeur....

Araminte. (Avec émotion) Qu’avez-vous, ma fille?

Léonor. Rien, madame, c’est un petit étourdissement qui m’a pris!

Chateaudor. (Avec empressement) Voyez, madame... (bas à Frontin) Ne t’en va pas.

Araminte. Sortons, sortons; il faut prendre l’air3(elle sort avec Léonor et Dorimène)

SCÈNE VI

Chateaudor, Frontin.

Chateaudor. (Bas) Il faut profiter de tout. (haut à Frontin) Ecoutes. Envoye tout de suite avertir ceux qui sont priés, qu’une affaire très-pressante4 m’étant survenue5, ce n’est pas pour diner, mais6c’est pour ce soir a souper que je les prie de nouveau.

  1. Parole cassate.
  2. Manoscritto: lieüe.
  3. Queste ultime parole furono cancellate nel manoscritto..
  4. Manoscritto: très pressant
  5. Nel manoscritto da prima si leggeva così: Envoye tout de suite avertir ceux qui sont priés pour diner, qu’on s’est trompé, que etc.
  6. Prima leggevasi:mais que.