Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1922, XXI.djvu/376

370

demande à Arlequin s’il est content du dîner qu’il a mangé; Arlequin croit qu’on lui parie de celui que son ami lui a donne, il en fait l’éloge. Le ròtisseur part de là pour lui demandar sa pratique et surtout le payement du repas qu’il a fait servir chez lui à douze francs par tête. Argentine croit que son mari l’a obligée d’aller chez sa mère pour étre plus libre et régaler des femmes. Arlequin, d’un autre coté, se persuade que sa femme a profité de son absence pour dìner chez elle avec quelque amant. Il se confirme dans cette idée, lorsque après avoir visité les clefs, il en trouve une qu’il ne reconnait pas. Grand train, grand tapage. il découvre enfin que Scapin a ordonné le repas; il se doute que la clef inconnue est celle de la chambre du fourbe; il va l’essayer, ouvre la porte, entre, trouve une montre d’or, la vend et invite ensuite Pantalon avec toute sa famille à souper. Scapin, ne pouvant rattraper sa clef, fait ouvrir sa chambre par un serrurier, ne trouve plus sa montre, en demande des nouvelles. Arlequin lui apprend qu’il l’a vendue dix louis; il lui en rend six et en retient quatre, deux pour payer le dìner qu’il a commandé lui-méme, deux pour le souper qu’ ils vont manger1.


  1. Cailhava, l.c, aggiunge poi questo commento: On conçoit aisement, par le croquis de ce canevas, combien deux intriguants, imaginant et agissant tous deux avec la même vigueur, se portant tour à tour plusieurs coups redoublés et faisant pour ainsi dire essaut de fourberie; on conçoit, dis-je, combien de pareils champions pourroient amener de situations plaisantes, vanées, et même attachantes, s’ils travailloient pour quelque chose de plus interessant qu’une montre et un diner ".