Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1915, XX.djvu/378

366

SONETTO1.

Del Nilo un tempo e dell’Eufrate in riva
Sparse Minerva di scienza i frutti.
Indi del vasto Mar varcando i flutti,
Piantò l’arbor feconda in terra Argiva.

Roma, l’invida Roma, in cui fioriva
La gloria sol de’ popoli distrutti.
Coi talenti di Grecia in lei tradutti.
Dissipò l’ignoranza in cui languiva.

Sotto lungo dappoi barbaro sdegno
Giacque incolta l’Europa, e i bei vestigi
Rinnovò di virtù l’Italo ingegno.

Ora la saggia Dea de’ suoi prodigi
Prodiga, è resa delle Gallie al regno:
Menfi, Roma ed Atene oggi è in Parigi.


Traduction du Sonnet en vers blancs.

Autrefois sur les bords du Nil et de l’Eufrate
Minerve répandit les fruits de la Science;
Mais franchissant bientôt l’immensité des mers
L’arbre fecond des arts fut planté dans la Grece.

Cette Rome jalouse, et dont toute la gloire
Fut de donner des fers à cent Peuples détruits,
Ne put loin de ses murs écarter l’ignorance
Qu’en y faisant entrer les talens de la Grece.


  1. Le regles du Sonnet Italien son les mêmes que celles du Sonnet François, excepté que leurs vers ne sont que de onze piesi, et que les notres en ont douze; chez eux comme chez nous une sillabe fait un pied, et l'on ne compte pas celles qui soffrent l'elision.