Apri il menu principale

Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1915, XX.djvu/376


les usages les plus sulvis. Silvio prie Angélique de s’asseoir auprès de r épinette; Angélique dit à Camille de prier son pere de venir. Camille va avertir le pere, en louant la modestie des fllles.

SCENE IX.

Celio, Clarice, Angélique, Silvio.

Angélique va s’asseoir auprès de l’ épinette, les autres se pia- cent comme auparavant. Silvio demande à Angélique, si la musique qui est dans l’ épinette est à elle. Elle répond qu’oui. Silvio l’en félicite, et la prie de voir avec lui s’il y entend quelque chose; alors ils s’occupent tous deux avec les papiers de musique. Pendant cela Celio continue de parler d’amour à Clarice; elle n’est pas contente de lui, parce qu’il ne veut pas parler à son pere. Celio paroit aussi mécontent, et dit à part, Que les hommes soni ma- Iheureux! les femmes soni pour eux trop faciles, ou trop severes; dans les premieres il n y a poinl de constance, et dans les autres point de complaisance.

SCENE X.

PaNTALON, les Acteurs précédens, et ensuite ScAPIN, qui survient.

Pantalon salue tout le monde, et fait les complimens ordinaires. Celio paroit troublé et confus. Silvio l’appelle pour savoir de lui pourquoi il ne demande pas à Pantalon comment il se porte. Celio témoigne son chagrin et sa mauvaise humeur. Pantalon lui dit de se tranquilliser, qu’il va s’amuser. 11 propose à ses filles de régaler la compagnie de quelque bel ouvrage. Celio se dit à lui-mème qu’il faut qu’il prenne part à l’amusement general, pour ne point faire connoìtre sa foiblesse. Scapin arrive, et annonce à Pantalon Florinde et Petrone. Pantalon charme de cette visite, parce qu’ils «ntendront ses filles, dit qu’on les fasse entrer. Scapin va les intro-