Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1915, XX.djvu/372

360


ACTE II.


SCENE PREMIÈRE.

Camille, Scapin.

Camille prie Scapin de l’aider à arranger la salle de compagnie. Elle lui fait porter une table, une épinette, et des flambeaux avec des bougies. Il lui obéit avec assez de ponctualité, à cause de l’amour qu’il ressent pour elle. Il va et vien avec les choses qu’elle lui ordonne d’apporter. Camille, lorsque Scapin n’est pas auprès d’elle, dit à part, que tout ce quelle fait, c’est pour procurer un établissement aux filles de Panlalon, et qu’elle compte beaucoup sur l’admiration que leur mérite a fait naitre dans ceux qui les ont vues, depuis qu’elles sont à Paris. Scapin de temps en temps parle à Camille, et se plaint à elle de la préférence qu’elle donne a Arlequin. Camille tache adroitement de detourner la conversation. Scapin et elle, tout en causant, arrangent et portent les chaises. Scapin en revient toujours à Arlequin, et Camille fait toujours voir son penchant et son amour pour lui. Scapin irrité, ne peut plus se contenir, il decharge sa bile en remuant les chaises avec violence. Camille le gronde.

SCENE II.

Arlequin, Scapin, Camille.fâché

Arlequin voyant Scapin avec Camille, se fâche, et se plaint en lui même, sans étre apperçu. Il s’avance ensuite, et demande à quoi doivent servir tant de préparatifs. Camille lui dit qu’on doit venir faire la conversation, et s’assembler pour entendre chanter Angélique. Arlequin dit qu'il ne le veut pas. Camille répond qu’elle s’y est engagée. Arlequin lui propose plusieurs moyens sols et extravagans pour se dégager. Scapin parle à Camille à l’oreille.