Apri il menu principale

Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1915, XX.djvu/366


quoi il se trouvoit dans la plus grande détresse. Arlequin dit à cela que Pantalon devroit s’en retoumer à Venise. Scapin lui réplique qu’il s’en seroit déja retoumé, si Camille ne 1 eùt retenu auprès d’elle par ses bonnes fagons. En cet endroit, Arlequin fait connoìtre quii ne sgavoit rien de tout cela, ayant été près de six semaines hors de Paris, pour faire les provisions de vin, de bois, etc. Il est étonné que Camille garde chez elle tant de monde, et il se plaint qu’elle l’ait fait sans l’en avoir averti, et sans lui en avoir demandé permission. Scapin demande à Arlequin par quelle raison Camille est obligée de dépendre de lui. Arlequin le lui explique, en déclarant que devant épouser Camille, et tous les biens quelle possedè devant par conséquent étre à lui, il ne prétend pas qu’elle en dépense une si grande partie pour l’entretien de quatre personnes. Il annonce formellement qu’il veut qu’elle renvoye

Pantalon. Cette résolution fournit à Scapin l’occasion de faire des reproches à Arlequin, et de lui rappeller qu’ils ont été tous deux, ainsi que Camille, domestiques du seigneur Steffanello. Arlequin se vante d’avoir servi sur un meilleur ton que Scapin, et de n’avoir été chez Steffanello qu’en qualilé d’intendant et d’oeconome. Scapin r accuse d’avoir friponné. Ils se prennent de paroles, et font du bruit. Alors Camille arrive.

SCENE II.

Camille et les Jlcleurs précédens.

Camille se réjouit d’abord du retour d’Arlequin. Elle s’in- forme ensuite du sujet de la dispute. Arlequin montre du réfroi- dissement pour elle, et beaucoup de mécontentement à l’egard de Scapin. Camille renvoye Scapin qui s’ éloigne pour plaire à cette lille, dont il est amoureux.

SCENE ili.

Camille, Arlequin.

Arlequin gronde Camille de tout ce qu’elle a fait pour Pan- talon; elle lui dit qu’elle y a été excitée par un sentiment de