Pagina:Baretti - Prefazioni e polemiche.djvu/226



CHAPITRE SECOND

A propos de ce secrétaire de librairie, qui va donner au jour une version frangaise des drames de Shakespeare, quelle peut 0tre la raison que monsieur de Voltaire s’est tant acharné sur lui dans sa courte lettre á monsieur D’Argentai et dans sa longue lettre á l’Académie fran9aise? quel mal fait cet homme en donnant, de quelque fa^on, les oeuvres d’un étranger á sa patrie? Si sa version sera bonne, voilá un plaisir de plus qu’il aura mis á la portée de ses compatriotes: et l’on ne saurait lui faire un crime de leur avoir procure un plaisir de plus. Si au contraire sa version sera mauvaise, elle tombera dans l’oubli aussitòt publiée: et quelle grande in fortune en souffrira la France?

Je crois moi-méme que la version du secrétaire ne vaudra rien, parce que je connais assez les deux langues pour étre sur d’avance que Shakespeare n’est guère traduisible en frangais. Je sais qu’en general la poesie est comme le bon vin: on ne l’extravase point sans qu’il perde de sa bonté. Ajoutez á cela que la poesie de Shakespeare ne saurait étre traduite pas méme passablement dans aucune des langues descendues du latin, á cause que ses beautés ne ressemblent guère aux beautés poétiques de ces langues, originellement moulées sur des beautés latines pour la plupart.

Shakespeare ne savait latin, ni grec, ni aucune autre langue. Il n’avait devers soi qu’ une profonde connaissance de la nature humaine, un de ces génies, si rares partout, qu’on appelle «génies d’invention», et par dessus cela une imagination tonte de feu. Avec ces trois qualités, Shakespeare sut former, á l’age de trente-deux ans, un langage quelquefois bas et plein d’afFectation, mais plus souvent compact, énergique, violent, d’oú sort une poesie qui enlève l’áme quand il le veut.

C’est cette poésie-lá qu’on ne saurait rendre dans aucune des langues dérivées de la latine. C’est lá l’arbre á pommes