Pagina:Ascensioni umane Fogazzaro.djvu/267


I.

Ceci est déjà presque vous dire quelle sera la physionomie intellectuelle et morale du poète dont l’avenir nous cache le nom. En me disposant à en reproduire quelques traits d’une manière moins vague, je ne m’abuse pas sur le danger que je cours. Vous connaissez le phénomène étrange que les Allemands appellent le spectre du Brocken. Il arrive parfois sur le sommet du Brocken que le voyageur qui contemple au coucher du soleil le ciel d’Orient voit s’y dresser, se détacher sur les nuages une forme humaine colossale. L’apparition grandiose n’est que l’ombre du petit être qui se pame d’admiration devant elle. Hé bien, lorsque sur les hauteurs d’une hypothèse metaphysique je tourne le dos à une poèsie qui décline avec le siècle où elle rayonna et en regardant, plein d’espoir, vers l’Orient où le nouveau siècle va pa-